Liseuse Francophone d’ADIFLOR

Actualités


Discours de la remise des insignes d’Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres à Madame Isabelle LE CAMUS DE LAGREVOL

 

 

Par Raphaël Fantin, Président d’ADIFLOR

 

 

Chère Madame Le Camus de Lagrevol,

Chère Isabelle,

 

C’est une grande joie pour moi aujourd’hui et un grand honneur de vous adresser ces quelques mots, en tant que Président d’ADIFLOR, pour la remise de votre médaille d’Officier des Arts et Lettres dans ces magnifiques salons de la Questure du Sénat. Je remercie le Président Gérard Larcher et le questeur  Remy Pointreau pour leur accueil.

C’est Madame Josseline Bruchet, Secrétaire générale d’ADIFLOR, qui vous remettra dans quelques instants vos insignes en tant que Commandeur dans l’Ordre des Arts et Lettres. Je la remercie chaleureusement pour le soutien qu’elle a apporté à ce dossier qui me tenait particulièrement à cœur car cette décoration a du sens pour toute votre action au sein de notre association.

Madame, après avoir quelques temps enseigné une matière qui m’est chère, l’histoire-géographie, à Saint-Jean de Béthune- Hulst, à Saint-Louis de Gonzague ou à Saint-Merri, vous êtes recrutée au siècle dernier, en 1997,  en tant que chargée de mission, par le fondateur d’ADIFLOR, le ministre Xavier Deniau dont il faut saluer la mémoire dans cette maison qu’il a bien connue. Vous devenez quelques années plus tard la Déléguée générale de l’association servant tour à tour fidèlement les différents Présidents Daniel Goulet, Louis Duvernois, notre Président d’honneur que je salue ici et moi-même.

         Vous coordonnez les différents projets et les bénévoles de l’association, ce qui est une tache des plus subtiles. Cheville ouvrière, vous mettez en place et en oeuvre des projets de dotations de livres pour des bibliothèques, des établissements scolaires avec le fameux concept de « pays à l’honneur » qui consiste en des opérations réalisée à l’initiative d’ADIFLOR en partenariat avec les institutions locales et/ou françaises du pays concerné, visant à doter en livres un réseau conséquent de bibliothèques et/ou d’établissements d’enseignement.

         Vous êtes aussi à l’origine de la création d’outils et la réalisation d’animations évènementielles pour favoriser la lecture, la diffusion de la langue française et la promotion de la Francophonie en France et à l’étranger notamment avec la Petite Bibliothèque francophone

         Il y a voilà deux ans, vous incitez l’association à prendre le virage numérique avec la Liseuse Francophone d’Adiflor afin que notre association reste ancrée dans la modernité. Avec la Liseuse Francophone d’ADIFLOR, l’objectif est de fournir à des enseignants et leurs élèves de niveau primaire, en complément des livres papier, des livres numériques éducatifs et de loisir pour favoriser l’apprentissage et le plaisir de la lecture.

 

         Vous êtes très investie et combative malgré les embûches et écueils qui surgissent parfois. Vous êtes optimiste et pleine d’entrain pour répondre aux objectifs de l’association.

         Sans vous, chère Isabelle, ADIFLOR ne connaîtrait pas tous ses succès. Avec ADIFLOR  et sa marraine Nicole Lambert,  célèbre auteur des Triplés,  vous permettez, grâce à votre rigueur, votre sens de l’organisation, de la gestion des fonds que chaque année près de 200 000 livres soient envoyés. Au total, ce sont plus de 1500 projets menés depuis trente ans dans 90 pays. Nos opérations ont été de véritables succès. Ces réussites sont un espoir. Notre action et nos objectifs sont beaux. Nous pouvons être fiers d’ADIFLOR qui est une association reconnue pour son sérieux, la qualité de ses actions au niveau international, trente ans de bénévolat, de partage et d’abnégation pour que les hommes, les femmes et les enfants du monde francophone puissent par la lecture, la culture être dignes et s’enrichir grâce à la langue française, ciment, lien fraternel entre tous ces amoureux de la langue française et de la culture qui en sont un moteur vivant, les héritiers.

         Faire vivre la lecture en français en France et dans le monde, la langue française, c’est participer à ce grand mouvement dynamique de transmission et de promotion de notre langue et de ses trésors.

ADIFLOR illustre parfaitement ce que le poète Atiq Rahimi dit : « La langue française m’a donné la possibilité de m’exprimer avec une certaine liberté ».

         Par son action, ADIFLOR fait que la francophonie est un voyage au cœur de l’humain où la lecture et la culture permettent de s’évader et de rêver en français aux couleurs du monde.

         Depuis sa création, ADIFLOR a envoyé plus de 6 millions de livres. C’est, le saviez-vous, trois fois le fonds de la bibliothèque Sainte-Geneviève, deux fois celui de la Bibliothèque de la Sorbonne mais aussi sept fois celui de la bibliothèque de l’Ecole normale supérieure et quinze fois celui de la bibliothèque du centre Georges Pompidou.

         Aujourd’hui, la France semble hésiter à poursuivre dans cette voie de la promotion de la langue française dans le monde: les élites sociales se désintéressent de cette question de la promotion de la langue et de la culture françaises, quand elles ne prônent sans autre mesure une politique de renoncement.

         Pourtant, faut-il rappeler que 77,2 millions d’élèves et d’étudiants dans 33 pays et région dans le monde ont le français pour langue d’enseignement, qu’il y a plus de 900 000 enseignants de français dans le monde, que 49millions sont étudiants de FLE dans le monde, nombre toujours en augmentation.

         Cette Francophonie, «  née d’un désir ressenti hors de France » pour reprendre les mots de Boutros Boutros-Ghali est bien réelle. La Francophonie n’appartient pas au passé, elle s’inscrit dans l’avenir. Ainsi, depuis 2010 le nombre de locuteurs qui l’utilisent quotidiennement ou quasi-quotidiennement a constamment augmenté et l’on estime qu’en 2050 le monde comptera 700 millions de Francophones.

         Cependant, avec des moyens limités, ADIFLOR entreprend de grandes choses. ADIFLOR, c’est avant tout une aventure humaine extraordinaire. ADIFLOR est l’expression vivante de la culture, de la fraternité et de l’humanité. Vous avez représenté ADIFLOR aux quatre coins du monde lors des missions de terrain. Madame, vous avez donc participé au rayonnement international de la langue et de la culture françaises.

         Nous bénéficions d’une reconnaissance forte et je remercie nos partenaires qui croient et ont une vision d’avenir en nous soutenant. Je ne peux ici tous les citer mais le fait que la Marine nationale transporte gracieusement pour nous des dizaines de palettes chaque année sur tous les continents, au gré de leurs escales, prouve que notre action est reconnue et forte.

         Votre engagement de tous les instants, votre détermination à mettre en œuvre des projets de qualité, à mettre en valeur le patrimoine littéraire francophone et le faire vivre, le faire partager à un vaste public , font qu’aujourd’hui vous êtes distinguée par la République des Arts et des Lettres et que vous êtes récompensée pour la qualité de votre travail et de votre action en gravissant les grades dans l’Ordre des Arts et des Lettres après avoir été nommé Chevalier des Arts et Lettres en juillet 2008. Cet ordre, institué en 1957, fait partie des quatre ordres de mérite ministériel avec les Palmes académiques, l’ordre du Mérite agricole et celui du Mérite maritime, à ne pas avoir été aboli lors de la réorganisation des décorations françaises voulue par le Général De Gaulle en 1963, de laquelle naquit un ordre national, celui du Mérite.

         André Malraux disait de l’Ordre des Arts et des Lettres qu’il était « respecté et envié des artistes, des écrivains et des créateurs » car il participe au génie français. C’est à votre parcours émérite que vous devez cette décoration exceptionnelle qui est une croix à huit branches émaillée de vert et sertie d’une arabesque avec au revers une effigie de la République pour montrer l’universalité des arts et des lettres dans le monde.

         Ce soir, chère Isabelle, vous êtes promue officier dans un ordre, héritier de l’ordre de Saint Michel, un ordre auquel vous accédez pour le rayonnement que vous apportez aux Arts et Lettres par votre exigence, votre générosité à partager votre amour de la langue et de la culture françaises à travers la lecture, de la diversité culturelle à travers le monde. Au nom du bureau, du conseil d’administration et de tous les bénévoles d’ADIFLOR, nous vous adressons toutes nos sincères félicitations.

 

 

cache_img/w300_h122_1AL.jpg.dat
cache_img/w300_h122_2.jpg.dat
cache_img/w300_h122_3AL.jpg.dat
cache_img/w300_h122_5.jpg.dat
cache_img/w300_h122_6AL.jpg.dat


Retrouvez toutes les Informations d'ADIFLOR

PARTICIPEZ À UN PROJET EN FAVEUR DE LA LECTURE ! RENDEZ-VOUS SUR ULULE !

Discours de la remise des insignes d’Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres à Madame Isabelle LE CAMUS DE LAGREVOL

Semaine de la langue française - Dictée le 17 mars 2018

ADIFLOR SÈME LE PLAISIR DE LIRE EN FRANÇAIS À MOUNDOU

LES ÉDITEURS DÉCOUVRENT LA LISEUSE D'ADIFLOR

2000 LIVRES POUR LA SERBIE

UN PRIX PAR L'ACADÉMIE FRANÇAISE POUR ADIFLOR

11 000 LIVRES POUR LE LIBAN

MADAGASCAR, PAYS À L'HONNEUR 2016

COLLOQUE ORGANISÉ PAR L'AFAL

FILM: 30 ANS D'ADIFLOR

ADIFLOR EST AUSSI SUR FACEBOOK

DÉCÈS DE BOUTROS BOUTROS GHALI

ADIFLOR FÊTE SES 30 ANS À LA FONDATION ALLIANCE FRANÇAISE

DISCOURS DU PRÉSIDENT RAPHAËL FANTIN LORS DE LA CÉRÉMONIE DES 30 ANS

DISCOURS DU SÉNATEUR LOUIS DUVERNOIS LORS DE LA CÉRÉMONIE DES 30 ANS

DISCOURS DU SÉNATEUR LOUIS DUVERNOIS LORS DE LA REMISE DES 16 000 LIVRES DU PROJET

LE XVème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE S'EST TENU A DAKAR

CONCOURS RECYCLIVRE, AIDEZ-NOUS À GAGNER

DES BIBLIOTHÈQUES POUR LES ÉCOLES DU CONGO

ADIFLOR EN ROUMANIE .

LA BIBLIOTHÈQUE DE COCORASTII

REMISE DE LIVRES AUX ENFANTS PARRAINES DE L’ECOLE BASSIATA

LE DISCOURS D'AURELIE FILIPPETTI POUR LE LANCEMENT DE "MARS, LE MOIS DES MOTS!"

QUEL AVENIR POUR LA LANGUE FRANÇAISE DANS LES MÉDIAS AUDIOVISUELS ?

LE 4ème GRAND PRIX LIVRES HEBDO DES BIBLIOHÈQUES FRANCOPHONES

DON DE LIVRES PAR L’ASSOCIATION ADIFLOR EN TURQUIE

CHINE, UNE MÉDIATHÈQUE POUR TIANJIN

La langue française : Risque-t-elle de disparaître face à la prédominance de la langue anglaise ?